Les ders de juin

La panique  !

Depuis un petit moment, les Grecs s’affolent. A  raison, car les négociations entre l’Europe et leur gouvernement est tenu. La situation est difficile, et la Grèce risque le défaut de paiement. Voici un petit historique  de cette année :

– au mois de mars, on annonce que la monnaie ne viendrait plus en Grèce, et donc une pénurie de l’argent physique. A ce moment, on annonce un retrait de 300 à 400 millions en une journée dans ce mois.

– le 16 juin, on annonce que les retraits ont continué, et qu’ils ont même augmentés. On annonce un retrait record de 700 millions.

– le 19 juin, on annonce un retrait de 3milliards d’euros, on se demande même s’il va rester de l’argent dans les banques tant les retraits continuent. On annonce que les retraits atteignent 2.2% de l’ensemble des fonds bancaires. 2.2%, cela peut paraître peu, mais en un an, c’est immense.

Alors qu’est-ce que le défaut de paiement ? De façon simple, c’est lorsqu’on peut plus payer. Et à partir de là il y a des conséquences :

– juin 2015 : ep. 1 défaut de paiement : blocage des fonds du FMI

               ep. 2 le prêt s’élevant 7.5 milliard, la moitié est gelée ipso facto et donc inutilisable pour la Grèce si ce pays ne verse pas au moins 1.5 milliards, comme elle le fait chaque mois

– décembre 2015 : 5.4 milliards d’arriérés à payer. La clause de regroupements de plusieurs crédits a déjà été utilisée et ne pourra pas servir

– mars 2016 : privation des droits de tirages spéciaux qui est la monnaie du FMI

– juin 2017 : Déclaration de non coopération : Le  FMI ne règle plus le problèmes des arriérés du pays, cela veut dire que la dette que s’accroître plus rapidement

– septembre 2017 : suspension des votes de la Grèce au sein du FMI. Cela veut dire que ce pays ne pourra plus participer aux délibérations du FMI, même si celles-ci concernent la Grèce

– novembre 2017 : exclusion du FMI. Le pays est abandonné à son sort.

Lorsque nous reprenons les étapes ci-dessus, on s’aperçoit que le défaut de paiement est l’une des pires choses qui peut arriver à la Grèce, car cela signifierait l’échec des politiques internationales. Or la coopération internationale est dans le patrimoine du FMI, c’est à ce but qu’il a été créé. C’est un immense défi pour la Grèce, mais aussi pour le FMI, pour démontrer sa capacité à gérer les crises.

En écrivant cela, je ne mets pas d’un côté comme de l’autre. La banqueroute, le défaut de paiement, personne n’en rêve. Continuer une politique dure, est-ce la solution ? J’en doute, car si  al Grèce parviendrait à rembourser une partie de la dette, elle reste enchaînée  aux négociations avec Bruxelles. Je n’ai même pas encore parlé des décisions des fonds d’investissements, ni d’une sortie de l’Euro de la Grèce. Comme quoi, avec juste le mois de juin, il y a beaucoup à faire.

  • Infos essentielles

La France est espionnée. Non par des terroristes, mais par nos amis les américains. Sur les trois derniers présidents, les écoutes d’outre-Atlantique ciblaient les appels reçus et émis des téléphones portables et personnels. Les révélations de cette semaine prouvent plusieurs éléments :

– il est possible d’écouter n’importe quelle cible, même le Président de la République avec son portable protégé

– Les écoutes sont assez au point, car les révélations d’aujourd’hui démontrent que les appels ont bien été décryptés et compris

– que les américains peuvent espionner n’importe qui en relation avec leurs intérêts

– que les terroristes n’utilisent peut-être pas de téléphone portable. Bon c’est une boutade, mais cela veut dire que les terroristes n’ont pas été stoppés par les américains, alors qu’ils pouvaient les surveiller.

Ne soyons pas dupes, cela existait, les révélations d’aujourd’hui ne sont rien de plus qu’une confirmation : que nous sommes écoutés (mais que nous le faisons aussi probablement) et que nous avons une relation particulière avec nos amis de Washington ( voir l’article de Wikileaks en V.O.,

  • A suivre

La réaction du Gouvernement Français face au terrorisme. Expulsion d’excités, guerre de civilisation, fermeture de mosquées salafistes (au risque de ne plus les trouver). Il était illusoire de croire que la guerre s’était achevée en janvier 2015, comme il serait illusoire de croire qu’elle s’arrêterait si on ferme les mosquées (voir les articles d’Ouest-France, l’express et l’obs).

  • Valeur 0

On est sûr ? ; une alternative ; la vie est dure et le sera ; le chaos là-bas, et ici ? ; « la route est longue, mais elle est libre «  (Framasoft) ; il y a du boulot ; oui, enfin ; bonne nouvelle ; là-bas aussi ; faire autrement pour faire mieux ? ; l’union fait la force ;

  • En vidéo

Le best-off de Nina Simone

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s