troisième semaine de septembre

La réforme du collège

C’est le sujet à la mode : la réforme du collège, qui va commencer en septembre 2016 … Donc pas tout de suite, mais qui est actée. Sur le papier tout est dit, la réforme va s’appliquer, point barre, il n’y a rien à voir. Le mutisme du Gouvernement Français est très clair : le but est de réformer le collège vaille que vaille. Sur le papier, on ne peut pas vraiment être contre la réforme car elle institue des aides et de l’embauche pour les enseignants.

Pourtant il ne suffit pas de déclarer que l’on va réformer le collège pour que celui-ci se réforme de lui-même. Et pour preuve:

-les langues anciennes qui vont disparaître

-les classes bilangues aussi

-de l’embauche sérieusement ? non car si cette réforme est actée, elle pourrait être discutée par un autre gouvernement qui refusera d’embaucher, faut de moyens

-2 langues vivantes dès la 5e, pourquoi pas, mais c’est au détriment de la première langue

-qu’est ce que  sont les pratiques interdisciplinaires? Personne n’a d’idées arrêtée sur la question, surtout que l’AP existe

-Personnaliser le parcours, oui, mais dans ce cas, on demande à l’enseignant de s’adapter (ce qui n’est pas un mal) et non à l’élève, or, il me semble que ce dernier doit le faire.

Un autre soucis, et qui ne va pas se réduire : comment aider vraiment les élèves en difficulté. Nous savons que cet effort n’est pas fait par les élèves, faute de temps ou d’organisation. Les professeurs n’ont pas le temps, ou on ne leur donne pas la possibilité. Le Gouvernement n’a pas mis l’accent dessus, or plusieurs recherches (dont certaines issues des Cahiers Pédagogiques) ont démontré que les inégalités se sont accrues ces dernières années. Loin de pouvoir réduire le fossé, les élèves en difficultés sont encore plus mis de côté. Loin de s’en préoccuper, on parle d’évaluation par compétences, de changement de notation ou de prise en compte des rendus des élèves, mais pour leur accompagnement nous ne sommes plus sur « apprendre » mais « utiliser » (voir le B2I ou le socle commun) des compétences. Or, toutes compétences, savoirs ou capacités c’est de l’apprentissage et cela demande en premier lieu deux choses: un savoir à transmettre et un effort pour comprendre.

Sans vouloir revenir à un modèle ancien de l’éducation que je ne connais pas, je pense que le modèle ACA de l’éducation est un des meilleurs. ACA pour apprendre, comprendre et agir. Enfin, le mieux est de laisser de la fin à Mme Mona Ozouf qui décrivait trois problèmes de l’éducation : le travail n’est plus une valeur, l’autorité n’est plus respectée et l’avenir semble sans espoir. Or ces vieilles idées sont d’actualité, surtout lorsque vous parlez à des parents d’élèves et que ceux-ci disent à leurs enfants de bien travailler pour avoir un meilleur avenir (Adresse de l’image ici )

  • Infos essentielles

Voilà qui est intéressant : le Gouvernement Français a bien pris en compte les défis de demain, notamment en ce qui concerne les nouvelles technologies. Nous ne sommes pas avec un énième rapport portant  sur une volonté d’équiper les entreprises, ou de donner de la formation, mais de voir et de prévoir l’influence des nouvelles technologies à l’échelle industrielle. Il nous paraît difficile de prévoir une réindustrialisation française, car les usines françaises ne constituent pas un atelier viable en Europe. Pourquoi ? Car les coûts sont trop élevés, notamment vis-à-vis de la Slovénie ou de la Roumaine. Nous ne luttons pas sur le même niveau, ce qui induit le rapport suivant portant sur les innovations futures. Afin de ne pas aller n’importe où, le Gouvernement  Français propose trois axes de développement :  « réinventer l’outil industriel grâce au numérique » , développer le big data, et la sécurisation des données. L’intégralité du rapport se trouve ici (voir l’article de Clubic)

  • A suivre

-Ce qui nous concerne tous : l’instabilité de l’OS le plus répandu: Win10. Depuis le début, l’entreprise nous présente son produit comme révolutionnaire (le fameux slogan ‘plus humain’). On se rend compte de plus en plus que ce produit n’est pas fini, et qu’il apparaît comme un aspirateur à données. Autre problème qui s’ajoute : l’instabilité d’applis avec un système qui n’a pas fini de nous énerver (voir le témoignage sur zdnet).

  • Valeur 0

La Recherche Française perd de la vitesse ; de la peur des lobbies ; du rififi chez You Tube ; et bien ça promet ; une priorité, oui, mais on laisse de côté la formation ; mettre en image sa douleur ; c’est le début ; c’est le début, tome 2 ;

  • En vidéo

Une vidéo d’un extraordinaire interprète : Stromae avec Quand c’est

Un hommage à un grand chanteur de la chanson française mort cette semaine : Guy Béart

Deuxième semaine de septembre

Le monde sépia

La rentrée est arrivée, et nous sommes repartis pour une nouvelle année. Une nouvelle année synonyme de changement mais aussi de continuité.

J’ai u l’impression, lorsque j’avais écris les deux lignes ci-dessus, que la banalité du monde me tapait dessus sans que je m’en rende compte. Que je vous explique : le monde est changeant, mais en même temps, il garde une immobilité de façade qui rend notre quotidien gorgé de souvenirs.

Or, si le monde est changeant, il devrait nous apparaître comme nouveau à chaque rentrée. Mais ce n’est pas le cas.

C’est pour cette raison que je l’appelle sépia : il garde cette contradiction de nouveautés et de souvenirs. Si je parle du monde sépia, c’est parce que je pense que nous devrions en sortir.

Quelques exemples sur cette impression terne : les migrants. nous nous sommes émus de cette photo qui a fait le tour du monde. Ce pauvre enfant ne méritait pas ce qui lui arrivait. Lire le témoignage de son père, qui a perdu son autre fils et sa femme, est un déchirement. On ne peut nier la portée symbolique de cette photo, et de voir que les autorités se bougent. Mais cela fait deux ans que des drames comme celui-ci arrivent. Les gardes frontières de Frontex en voient régulièrement. Ce sont eux qu’on pourrait interroger pour savoir la manière dont ils vivent, hantés par leurs cauchemars.

Daesh. Il n’existe pas d’équivalent dans le monde. Le terrorisme n’a jamais été aussi fort. Oui, mais les problèmes au Mali datent bien avant Daesh par exemple. Les bédouins du désert militent depuis la nuit des temps pour l’indépendance de leur lieu de vie qui est une partie du Sahara. En Afghanistan, les rebelles et les tribus se battent bien avant que les Russes mettent leur grain de sel. Les démocraties européennes ont mis quelque fois plus de souk qu’avant.

Dernier exemple : l’école. Depuis les années 90, on parle de l’élève au centre, des compétences extrascolaires, de l’évaluation par compétences. Or, évaluer sans notes existe depuis longtemps, bien avant la loi de Jospin de 90. Bien avant cette date, on a pointé les bienfaits du théâtre, de travailler comme les entreprises en se centrant sur les capacités d’un élève et non sur ses notes. Rien n’est vraiment nouveau, et pourtant on fait comme si. Quel est le sens de ce que nous faisons ? Je pense que ces idées, issues des néo-pédagogues, sur la déconstruction de la chronologie, de l’évaluation par compétences sans réflexion, non comme des idées novatrices, mais comme anciennes. Certaines d’entre elles sont inutiles, et ce qui est inutile devient dangereux.

Cela vaut pour l’école, comme pour le reste. Faisons le ménage dans le flux d’information qui nous arrive. Créons nous une « écologie informative », liée à nos intérêts, qui n’est pas forcément en continu, mais qui nous donne accès au monde, pas seulement à ce qui se passe sur un écran.

  • A suivre

-Le Ministre de la Diplomatie Française, M. Fabius, prévient que le flux de migrants est très important, et que cela aura des conséquences insoupçonnées (Voir l’article de France Info TV).

Alléger le Code de Travail, le rendre plus accessible, mais aussi le rendre plus diversifié selon les branches. C’est un dur pari que tente de proposer par la commission Combrexelle. Le gouvernement aura un pari encore plus difficile à relever s’il décide de suivre ce rapport (Voir l’article de Challenges).

  • Valeur 0

Voir et comprendre Game of Thrones ; le paquet neutre fait polémique ; le flux continu ; les heurts continuent ; c’est beau l’ouverture culturelle ; c’est dommage que ce sondage n’arrive pas fin juin, ça pourrait servir ; le retour de l’ouverture culturelle ; Shinzo Abe de retour ; chaque mur entraîne un contournement ; les ransomwares débarquent sur smartphone ;  dans le plus grand secret ? non pas tout à fait ;

  • En vidéo

Foals  avec Mountain at my gates